Deuxième détection de trous noirs

La collaboration LIGO-VIRGO annonce une deuxième détection de trous noirs. GW151226, le nom donné à l’événement, a impliqué deux trous noirs de 8 et 14 masses solaires qui ont fusionné en un seul de 21 masses solaires. Leur fusion située à environ 1,5 milliards d’années lumière a provoqué un tremblement d’espace capté par les deux antennes LIGO durant une seconde. Plus d’informations ici.

 vignette trou noirCe résultat confirme l’existence d’une nouvelle population de trous noirs.

Et voici la troisième détection d’un signal d’ondes gravitationnelles ! Ces ondulations infimes de l’espace-temps sont provoquées par des phénomènes cataclysmiques dans le cosmos, et comme dans le cas des deux premiers événements, ces ondes ont été émises lors de la fusion de deux trous noirs en un plus gros. Le nouveau trou noir, situé à près de 3 milliards d’années-lumière de la Terre (soit deux fois plus loin que les événements précédents) est environ 49 fois plus lourd que le Soleil, une masse intermédiaire, entre celles de 62 et 21 masses solaires des événements précédents.

Les sujets de thèse 2017 du laboratoire ARTEMIS sont en ligne ici

Date limite pour le concours de l'école doctorale : 31 mai 2017

 

Alain BrilletLe 22 novembre 2016, Alain Brillet, directeur de recherche CNRS émérite, UMR Artémis, a reçu le prix Ampère Electricité de France à l'Académie des Sciences pour sa contribution à la détection des ondes gravitationnelles. En effet, Alain Brillet a joué un grand rôle dans le développement des grands interféromètres ayant conduit à cette observation exceptionnelle.

15 juin 2016 : annonce d’une deuxième détection de trous noirs.

 

La collaboration LIGO-VIRGO annonce une deuxième détection de trous noirs. GW151226, le nom donné à l’événement, a impliqué deux trous noirs de 8 et 14 masses solaires qui ont fusionné en un seul de 21 masses solaires. Leur fusion située à environ 1,5 milliards d’années lumière a provoqué un tremblement d’espace capté par les deux antennes LIGO durant une seconde. Plus d’informations ici : https://lejournal.cnrs.fr/articles/.

Bienvenue

L’unité de recherche Artemis réunit des spécialistes des lasers et du traitement du signal, des mathématiciens, des astrophysiciens des objets compacts pour créer une antenne d’un type nouveau, détectant des signaux encore jamais détectés : Virgo. Depuis 1999, sa conception, la modélisation de sources cosmiques et de leurs signaux sont au coeur de l’activité d’Artemis.

Virgo est un détecteur de l’extrême dont les performances reposent en premier lieu sur les propriétés exceptionnelles des lasers et des miroirs. C’est au CSNSM et au LAL, à Orsay que ces méthodes utilisées aujourd’hui ont été développés sous la direction d’Alain Brillet, avant que l’équipe ne rejoigne l’Observatoire de la Côte d’Azur.Le design optique de Virgo a été guidé par la modélisation initiée et développée par Jean-Yves VINET et Jean-Daniel FOURNIER. Celle-ci est toujours utilisée pour les développements actuels.

Directeur : Nelson CHRISTENSEN

Artémis UMR 7250

Boulevard de l’Observatoire CS 34229 - F 06304 NICE Cedex 4 Tél. : +33 (0)4 92 00 30 11 - Fax : +33 (0)4 92 00 30 33

Copyright © 2015 - oca.eu - Tout droit réservé.

Publications récentes

PARTENAIRES ET RESEAUX

REFIMEVE+

Refimeve

Label Investissement d'Avenir

FIGARONET

Figaronet

MIGA

A new gravitation antenn

FIRST TF

Réseau First TF

logo UNS
Aller au haut